Mon dernier continent

★★★★★

Une très belle surprise pour cette 2e lecture de 2017 !

Et c’est pas seulement parce qu’il y a plein de manchots empereurs et Adélie dans cette histoire.

Le récit se déroule principalement en Antarctique, dernier continent inhabité par l’Homme. Les croisières se multiplient dans cet environnement hostile et les scientifiques profitent de ces voyages en bateaux. C’est comme ça que Deb et Keller vont se rencontrer. Et se retrouver tous les ans pour poursuivre leur histoire. Mais un naufrage va tout remettre en cause.

Ce livre est une histoire d’amour atypique mais surtout un beau plaidoyer pour l’environnement. Au milieu d’un récit très bien écrit, sont glissés  des faits qui mettent en relief l’impact de l’homme sur l’environnement et comment celaaffecte très rapidement cette partie de la Terre.

Ma première réaction au début du livre a été « oh je veux TROP faire un voyage comme ça » et en fait non. Les manchots et toute la faune de l’antarctique ont la chance d’être relativement préservée de l’influence de l’Homme, et je préférerais que ça continue comme ça plutôt que de céder à un caprice égoïste.

Je sais que je suis déjà bien sensibilisée à l’écologie et à la sauvegarde des espèces mais il n’est jamais mauvais de découvrir un nouveau point de vu !

Ne serait-ce parce qu’il est rare qu’un roman se déroule en Antarctique, je vous conseille fortement ce livre ! Et en plus il se trouve que c’est un très bon premier roman, qu’il y a des pingouins (oui je sais : des manchots) et le tout sur fond d’écologie (sans être moralisateur). 

Un jardin au clair de Lune

jardinclairlune

 

Plus d’un an après en avoir lu les épreuves (et oui j’en étais qu’a ma cinquième #lecturecharleston) Un jardin au clair de lune est enfin sorti !

Londres 1920, Helen Carter regarde le violon ornée d’une rose posé non loin d’elle, elle sait que la musique l’a abandonnée.
Berlin 2011, un homme entre dans la boutique de Lilly Kaiser et lui donne un violon ornée d’une rose en lui disant qu’il est à elle.
Padang 1902, Rose Gallway s’apprête à donner un concert dans la maison du gouverneur. Elle installe son violon orné d’une rose sous son menton.
C’est l’enquête de Lilly qui va recréer petit à petit le lien qui existe entre ces trois scènes.

Ce roman fait voyager. Dans le temps et dans le monde. On passe alternativement des Berlin et Londres contemporains à l’île de Sumatra au début du XXe siècle.
Les trois histoires parallèles posent 3 questions : Pourquoi Lilly a t’elle « hérité » de ce violon ? Pourquoi Helen Carter a soudainement abandonné la musique ? Et qu’est-il arrivé à Rose Gallway qui a subitement disparue ?
Les réponses à ces questions viennent plus ou moins vite. Mais même si on comprend assez vite certaines choses, c’est la vie de ces trois femmes qu’il est agréable de découvrir  !
Evidemment on retrouve une petite dose d’histoires d’amour ! (ce qui ne fait jamais de mal).