Là où tu iras j’irais

★★★★★

Marie Vareille a encore réussi : son nouveau roman est drôle, plein de rebondissements et avec un style toujours aussi addictif !

On suit les tribulations d’Isabelle, engagée comme fausse nounou pour séduire un producteur veuf sur le point de se remarier.
Il y a tout dans ce livre : de la comédie, du romantisme, des émotions à foison (j’ai eu la larme à l’oeil) et comme toujours beaucoup d’humour. Chaque comparaison, chaque métaphore fait mouche.
Il y a un petit côté Mary Poppins, une dose de Dolce Vita et beaucoup de modernité.

Ce roman est parfait pour les beaux jours qui reviennent !
J’ai passé un excellent moment de lecture (et si contrairement à moi vous arrivez à le reposer, vous vivrez plusieurs excellents moments de lecture, ce qui est encore mieux !)

ET…

Il y a un exemplaire dédicacé par Marie Vareille à gagner !

Je garde le suspens de la dédicace. Et de toute façon une dédicace ça ne se partage pas. (J’ai été été Nadine de Rothschild dans une autre vie)

Pour cela il vous suffit de commenter cet article pour confirmer votre participation.
Et vous avez une chance supplémentaire si vous me suivez sur Twitter et/ou Instagram ! (si contrairement à moi vous n’êtes pas monomaniaque du pseudo, merci de le préciser pour chaque réseau !)

Le concours prend fin dimanche 19 mars à 21h.
(reservé à la France métropolitaine)

Bonne chance à tous !

******************* CONCOURS CLOS *******************

Elia, la passeuse d’âmes

elia1

J’ai lu (et aimé) les 2 romans précédents de Marie, Ma vie, mon ex et autres calamités et Je peux très bien me passer de toi. Mais cette fois Marie a changé de genre puisqu’il s’agit d’un roman Young Adult, une dystopie, sujet fétiche de cette catégorie de livres.

Et j’ai adoré !

Le personnage d’Elia a commencé à germer dans l’esprit de Marie après qu’elle a vu passer une jeune fille rousse un soir dans la station Châtelet… Cette jeune fille est devenu Elia. Je suis totalement admirative de cette capacité à cr!

Elia, seize ans, vit sur Tasma, elle est kornésienne, la caste la plus haute de la Communauté. Mais elle est également passeuse d’âmes, une anomalie génétique la désigne pour euthanasier les membres de la Communauté qui ne peuvent plus la servir. Mais l’intrusion d’un Nosoba (sorte d’intouchable) dans son box et une prophétie ancienne va bouleverser la vie toute tracée d’Elia.

L’univers est super bien construit. En fait je ne m’étais jamais posé la question (alors que j’ai lu Hunger Games et des romans fantasy) mais la construction d’un tel univers, où tout semble logique doit demander un travail extrêmement poussé dans le détail. Tout vient naturellement, on ne se demande jamais « mais c’est quoi ce truc ? ».
Chaque personnage a sa place et son caractère, j’ai hâte de lire la suite pour voir l’évolution de leurs relations et de leurs personnages (ce qui est interessant avec des personnages adolescents c’est qu’ils ne sont pas noir ou blanc, il y a beaucoup de gris à cette période).
(je ne reviens pas sur le style d’écriture de Marie, qui est parfait, rend la lecture agréable et créé un véritable page-turner) (à tel point que même affamée samedi en début d’après-midi, je n’ai pas lâché le livre avant de l’avoir terminé!)

Je vous conseille Elia, que vous soyez un habitué des dystopies ou non (autant commencer par un excellent ouvrage de ce genre !), Marie a su créer un univers et des personnages addictifs.
Et vivement le tome 2 !

J’ai reçu ce livre de la part de Pocket Jeunesse et de Marie Vareille (nous étions toutes les deux lectrices Charleston en 2015).

Je peux très bien me passer de toi

JePeuxTrèsBienMePasserDeToi

Déjà la dixième lecture Charleston ? Le temps passe si vite !

Cette fois il s’agit du deuxième roman de Marie Vareille. J’avais adoré le premier, Ma vie mon ex et autres calamités… j’ai adoré celui-ci !
(vous noterez que j’ai écrit « deuxième » et non pas « second » parce que je refuse qu’on s’en arrête là)

Chloé n’a pas froid aux yeux, enchaine les conquêtes d’un soir mais revient inlassablement à son Guillaume dont elle est séparée et qui est sur le point de se marier. Constance vit dans le No Sex Land depuis trop longtemps, entre deux relectures d’Orgueils et Préjugés accompagnées de chocolat chaud elle se morfond sur Tristan Grant, le bel anglais rencontré à un mariage l’année précédente… Les deux amies, qui n’ont en commun que leur club de lecture et leurs vies sentimentales catastrophiques décident de se lancer mutuellement un défi pour changer leur vie.

On retrouve la plume de Marie, drôle et enjouée, une histoire bien construite truffée de situations cocasses (on a encore le droit d’utiliser ce mot en 2015 ?) et touchantes.
Les deux personnages principales sont attachantes, chacune a un caractère très différent, et on se demande un peu comment ses deux là sont devenues amies (quoique parfois c’est ce qui fonctionne le mieux !). J’ai beaucoup aimé Mamie Rose, qui perd un peu la tête mais a une vision très belle de la vie (et qui lit 50 Shades of Grey).

Encore un coup de coeur, que je ne peux que vous encourager à aller chercher chez votre libraire préféré dès le 8 juin !

Ma vie, mon ex et autres calamités

maviemonex

Juliette c’est un peu nous. En pire. Perdre son job et son mec la même semaine c’est déjà beaucoup. Se retrouver en vacances aux Maldives seule, au même moment que ledit mec qui y est en amoureux avec sa nouvelle copine… c’est vraiment la poisse.
(Après on me demande pourquoi je ne passe pas sous les échelles…)

Ces derniers temps, principalement grâce aux Editions Charleston, je lis beaucoup de littérature féminine. Féminine dans le sens où les héroïnes sont des femmes et qu’elles tiennent des rôles forts où elles sont maîtres de leur destin. (enfin « maîtresses » de leur destin, mais je suis pas à fond pour la féminisation des mots.)
La chick-lit c’est un peu différent (à mon sens) (une explication sur le site de Marie). Dans un roman de chick-lit, le personnage principal pourrait être moi ou vous (enfin si vous êtes un homme de 50 ans il y a peu de chance que ce soit vous quand même). Elle a des problèmes qu’on a toutes, un boss à moitié fou, un mec peu investi, des copines aux caractères bien trempés…
(Merci de noter que je donne des exemples, je ne décris pas ma vie.)
(Quoique)

Ma vie, mon ex et autres calamités est super bien écrit, agréable à lire, pas un seul hic, gros coup de cœur !

Un vrai bon livre de chick-lit, comme je n’en avais pas lu depuis Bridget Jones !

Retrouvez Marie sur Fan de Chick Lit !
Et en juin, son deuxième roman sort aux Editons Charleston ! To be continued…

(Si vous vous demandez pourquoi je me permets d’appeler l’auteur par son prénom, c’est parce qu’elle est également Lectrice Charleston 2015, qu’on papote sur twitter et qu’on a eu l’occasion de se croiser !)
(non, je n’ai pas pris la grosse tête, je ne vais pas me mettre à appeler tous les auteurs par leur prénom et à les tutoyer)