Ma liseuse Nolim / Bookeen Saga

Si vous me suivez sur les réseaux sociaux vous savez que fin juillet j’ai changé de liseuse, (et si non, sachez que vous avez échappé à la story instagram la plus ennuyeuse de tous les temps) mon Odyssey de Bookeen ayant été sauvagement agressée par un gamin dans le métro (il m’a bousculée, la liseuse est tombée)

J’aimais d’amour mon ancienne liseuse. Elle était absolument parfaite. Donc l’idée de la remplacer était un peu compliquée. Je savais une seule chose : je voulais rester chez Bookeen. Leur interface me satisfaisait complètement. MAIS leur nouveau modèle ne me semblait pas ergonomique, les angles me paraissaient trop… anguleux… c’est comme ça que j’ai choisi une solution bis : la liseuse Nolim.

Développée par Bookeen pour être commercialisée par Carrefour, la Nolim répondait à mon exigence de qualité pour l’interface et pour l’ergonomie (et à mon côté futile en proposant ce bleu-vert absolument magnifique).

Ça fait maintenant deux mois que je l’utilise et je peux donc faire un retour assez complet.
Première information : je ne regrette absolument pas mon choix !

Ergonomie

Je ne savais pas trop à quoi m’attendre avec cette couverture intégrée (j’ai fais 3 carrefours dans l’espoir de tenir en main un modèle d’exposition… introuvable). Verdict : finalement cette couverture ne rend pas la liseuse plus volumineuse que mon ancienne liseuse dont je n’enlevais que très rarement la couverture, et la matière est super agréable ! Et vraiment la couv aimantée pour quelqu’un qui met sa liseuse dans son sac au milieu des clés et de monnaie égarée, c’est vraiment sécurisant ! Deuxième interrogation : le poids. Oui, elle est un poil plus lourde que l’Odyssey+couv. Mais je m’y suis habituée très vite, je n’ai pas eu de courbatures en la tenant à une main !

Interface

Rien à dire.
C’est effectivement la même que sur l’Odyssey. Ma liseuse avait 5 ans, je ne pensais vraiment pas qu’elle pouvait vieillir… et dès la première utilisation de la Nolim j’ai bien compris que si. L’interface est beaucoup plus rapide et fluide, l’écran tactile plus réactif. Donc oui, une liseuse ça vieillit.

Experience de lecture

Le contraste de l’écran est meilleur que sur l’Odyssey. Je l’ai ressenti tout de suite. Gros point positif. Pour ce qui est des typos, de la mise en page… c’est la même chose que sur ma précédente liseuse donc c’est parfait (pour moi), très complet, la mise en page est fluide et facilement adaptable (je n’ai pas encore testé les pdf, mais la remise en page sur l’Odyssey était très satisfaisante). On retrouve l’éclairage de l’écran. Ici il ne se fait que par le bas. Du coup j’avais un peu peur d’une mauvaise répartition de la lumière… aucun problème c’est nickel (peut-être un peu moins puissant que sur l’Odyssey mais il suffit de pousser un peu plus loin que mes 3 « barres » habituelles pour retrouver exactement le même résultat. Avec encore de la marge). Il y a l’indispensable « texte blanc sur fond noir ». Au premier abord on ne pense pas que c’est indispensable… mais en fait si. Je m’en sers beaucoup plus que je ne l’aurai imaginé (évitement de moustique, insomnies…). Le fait que l’écran se retourne tout seul est vraiment pratique, surtout dans le métro quand il faut sans cesse changer de main pour tenir la liseuse (ligne 13, mon paradis). Par contre, seul l’écran change de sens, les commandes tactiles non. Mais les boutons sur le côté suffisent largement.

Point négatif

Il y en a un. Mais un seul. Et il est largement surmontable.
La batterie tient beaucoup moins longtemps que sur l’Odyssey. Je dirais environ 15 jours (alors que je tenais 3 semaines au moins avec l’Odyssey). Il faut dire que je lis au minimum 2h/jour (merci le métro) et + ou – 1h le soir. Et puis en vrai c’est pas hyper contraignant de brancher sa liseuse vite fait le soir tous les 15 jours.

J’espère que ce compte rendu pourra vous aider. Même s’il est complètement élogieux… mais je ne vais pas inventer des problèmes à cette liseuse qui me satisfait complètement !

Si vous avez des questions sur des points que je n’ai pas abordé, n’hésitez pas !

(J’ai acheté cette liseuse moi-même. Si t’as suivi mes stories dans tous les centres commerciaux les plus glauques du 95 tu sais que personne n’aurait fait ça pour masquer un partenariat…)

Juliette ★★★☆☆

Julie reçoit pour héritage une mystérieuse clé et l’adresse d’une banque à Sienne. A partir de là elle va dérouler le fil qui la relie à la Juliette originel, celle à l’origine de la pièce de Shakespeare.
Anne Fortier ne propose pas vraiment une réécriture de Roméo et Juliette mais une plongée à la source de l’histoire, avec quelques parallèles dans le monde contemporain. On découvre Sienne en 1340, ses traditions et les rivalités entre les grandes familles, et Sienne de nos jours… avec ses traditions et les rivalités entre les grandes familles !

J’ai bien aimé cette lecture (qui fut rapide, merci les retards d’avion !). Mais elle était loin d’être palpitante comme l’annonce Kate Mosse (qui a écrit l’excellent Labyrinthes, du coup je lui faisait confiance !) sur la couv.

Une bonne lecture pour se remettre de la rentrée en douceur !

Anne Fortier, Juliette, Editions Charleston, 574p
Reçu en service de presse