Les Miracles du bazar Namiya

De quoi ça parle ?

Un soir, trois jeunes hommes trouvent refuge dans un vieux bazar abandonné. Ils reçoivent une étrange lettre, qui semble dater de 30 ans plus tôt.

Pourquoi il faut que tu le lises :

Je ne m’attendais pas vraiment à ça. Déjà parce que ce livre est publié dans la collection Exofiction qui propose de la science fiction… alors certes les 3 types communiquent avec des gens qui ont vécu 30 plus tôt mais le sujet est plutôt les relations humaines, les choix et leurs impacts sur notre vie et celle des autres.

J’ai été un peu surprise parce que Les miracles du Bazar se présente presque comme un recueil de nouvelles et j’ai mis un peu de temps à le comprendre… mais peu à peu tout se met en place et les pièces du puzzle s’imbriquent. Le genre habituel de l’auteur est le roman policer… ça a dû aider pour créer tous ces liens !

Comme à chaque fois que je lis de la littérature japonaise (ce que je devrais faire beaucoup plus souvent) je suis impressionnée par le style, l’ambiance qui se dégage de ces récits. La culture japonaise a une façon bien à elle de voir et de comprendre les relations humaines et, en tout cas dans ce que je lis, il s’en dégage une impression que j’ai du mal à décrire mais qui fait que je me sens bien dans ces livres (même si on sent un fort poids des traditions, du respect, de la famille).

Une belle lecture, un roman très touchant.

Keigo Higashino, Les Miracles du bazar Namiya, Actes Sud, 384p.

1Q84, Livre 3

1q84

 

Je n’ai pas réussi à finir ce livre et je le regrette.

J’ai lu avec plaisir le Livre 1. J’ai aimé essayer de comprendre ce qui liait Aomamé et Tengo, les découvrir, essayer de remettre leurs histoire dans une réalité qui ne me semblait pas être totalement la nôtre, déceler ce que représentait la Chrysalide de l’air…
Le livre 2 m’a pris plus de temps, mais j’en suis venu à bout. On avançait dans l’histoire et soudain le lien entre les deux personnages était révélé, beaucoup de choses prenaient place dans ce décors qui se révélait finalement ne pas être notre réalité.

Et puis ce tome 3. J’ai trainé sur les 100 premières pages pendant des semaines et j’ai fini par l’abandonner. Je mets toujours beaucoup de temps à abandonner un livre, je peux passer des jours sans en lire une page (et comme je ne lis jamais 2 livres en même temps, ça crée un vide). Je ressens toujours une pointe de culpabilité à arrêter la lecture d’un livre.
Je n’ai plus accroché aux histoires d’Aomamé et de Tengo. Pourtant ils étaient proches de se retrouver (enfin je crois, finalement il se passe quoi ?)
J’avais envie d’avoir des réponses aux dizaines de questions qu’a soulevé la lecture des 2 tomes précédents, de clôturer mon incartade dans cet univers qui pourtant me mettait mal à l’aise.

Je pense que c’est un « rendez-vous manqué ». Mais comme il s’agit du tome qui cloture une trilogie et que je n’ai pas une très bonne mémoire, il faudrait que je relise les 2 tomes précédents pour espérer finir le tome 3 dans de bonnes conditions. Et honnêtement je sais que ça n’arrivera pas.

Est-ce que ça vous arrive de bloquer sur un livre tout en aimant les personnages et en voulant avoir des réponses aux questions que l’histoire pose ?