Les Quatre Filles du Dr March

Alors… euh… en fait je n’ai pas fini ce livre. Il faisait parti du Challenge Il était deux fois Noel. Nous avions deux lectures communes au choix… et je pense que je me suis trompée dans le choix  (j’aurais certainement plus accroché à La Véritable histoire de Noël de Marko Leino).

J’avais vu le film récemment (sur les conseils insistants d’une amie) et j’avais été plutôt surprise de ne pas trouver ça affreusement niais (enfin un peu quand même).
Une de mes co-challengeuses ayant posté un lien vers un site où Les Quatre Filles était dispo en livre audio j’ai choisi celui-là en profitant de l’occasion pour tester le livre audio !

J’ai donc écouté 4 chapitres (en tricotant) et je trouve ça plutôt agréable (même si j’ai trouvé la voix un peu plaintive). J’avais peur d’un déficit d’attention mais en fait on se laisse porter par la voix, et même en lisant mon esprit a tendance à dériver de toute façon !

Ces 4 chapitres ont quand même éclairé pas mal de points que je trouvais assez bizarre ou trop peu explicités dans le film (notamment à propos des personnalités des soeurs, qui sont plus finement expliquées dans le livre que dans le film, mais c’est assez normal)

A bientôt pour une chronique digne de ce nom (je finirais bien un livre un jour…)

Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur

mockingbird

 

Depuis quelques années ce livre traine dans un coin de ma tête. Depuis Noel, il est sur le dessus de ma PAL. Mais le dessus d’une PAL étant quelque chose de totalement aléatoire, il n’a pas été ma première lecture de l’année.
J’aime lire un livre quand je sens que c’est le moment de le lire.
(J’aimerais faire ça avec le ménage chez moi… mais je pense que dans ce cas même « C’est du propre » rebrousserait chemin.)

En une phrase : à Maycomb, ville du sud des Etats-Unis, vers la moitié des années 1930, une jeune enfant raconte trois années de son enfance, notamment marquées par le fait que son père (un Blanc) est commis d’office pour défendre Tom (un Noir) accusé (à tord) d’avoir violé Mayella (une Blanche).
Oui, cette phrase est longue.
Mais elle ne reflète pas du tout la teneur du livre.
Scout Finch (la petite fille) raconte avec ses mots et surtout avec sa vision d’enfant tous les évévements relatifs à cette affaire mais aussi sa vie de petite fille, les relations avec son frère qui entre dans l’adolescence, les relations avec son père, leurs voisins, leur « bonne » Calpurnia. (je mets « bonne » entre guillemets parce que comme dans la plupart des livres américains qui sont passés à la postérité, on suit l’histoire d’une famille qui traite les Noirs avec beaucoup de respect, et sont en avance sur leur temps, Calpurnia est leur « aide de maison » pas leur esclave).

On aperçoit en fond la crise économique qui frappe les Etats Unis à cette époque, mais ce n’est pas le sujet principal, la famille Finch étant peu touchée directement. On se retrouve immergés dans la vie quotidienne d’une petite ville du Sud, ses us et coutumes et son climat particulier que vient accentuer le procès pour viol et l’investissement du père de Scout pour la défense de Tom (là où tous ses concitoyens s’attendaient à ce qu’il ne fasse rien).

Une chose m’a marquée vers la fin du livre. La maîtresse de Scout, s’insurge à propos des lois injustes que Hitler fait passer en Allemagne contre les Juifs, Scout ne comprend pas comment on peut « détester autant Hitler si c’est pour se montrer odieux avec les gens de son pays ». J’ai pris fortement conscience à ce moment que pour tous les habitants de Maycomb il était tout a fait normal de considérer les Noirs comme appartenant à une autre catégorie d’êtres humain. Jusque là j’avais compris leurs remarques et manière d’être comme le racisme ordinaire régnant dans le sud des Etats Unis à cette époque (et qui donc aurait tout aussi bien pu se manifester à l’encontre de n’importe quelle communauté). Mais cette indignation de la maîtresse fait ressortir le clivage Blancs/Noirs.

C’est un beau roman sur l’enfance, et la compréhension que les enfants ont du monde qui les entoure (et qui est beaucoup plus aiguisé que ce que l’on pourrait croire). Il se classe dans les classiques, mais le style d’écriture est très vivant (vous connaissez ma réticence aux classiques…).

Le Rouge et le Noir

J’inaugure ici une nouvelle rubrique : les lectures abandonnées (qui ne sont pas si nombreuses, j’ai tendance à m’acharner en attendant le moment où ça deviendra bien…).

Je commence avec un des livres sur lequel je me suis le plus acharnée : Le Rouge et le Noir de Stendhal. J’ai commencé ce livre au moins 5 fois. Parfois pour quelques pages seulement. Une fois j’ai atteint la partie « Le Noir »… mais j’ai arrêté là.

Je ne saurais pas dire précisément pour quel(s) raison(s) j’ai abandonné ce livre. Et encore moins pourquoi j’y suis revenue tant de fois…
Je ne suis pas une grande fan de classiques, j’ai toujours un peu de mal, je traine la patte. Et pourtant ils me font envie, enfin quand même ce n’est pas un pur hasard s’ils sont devenus des « classiques » !

Si vous avez lu (aimé ou non) Le Rouge et le Noir, n’hésitez pas à m’en parler, ça créera peut-être un déclic !