Underground Railroad

★★★★☆

De quoi ça parle ?

Cora, seize ans, est esclave sur une plantation de coton dans la Géorgie d’avant la guerre de Sécession. Abandonnée par sa mère lorsqu’elle était enfant, elle survit tant bien que mal à la violence de sa condition. Lorsque Caesar, un esclave récemment arrivé de Virginie, lui propose de s’enfuir, elle accepte et tente de gagner avec lui les États libres du Nord.
De la Caroline du Sud à l’Indiana en passant par le Tennessee, Cora va vivre une incroyable odyssée. Traquée comme une bête par un impitoyable chasseur d’esclaves elle fera tout pour conquérir sa liberté.
(adaptation libre de la 4e de couverture, parce que parfois on pouvait pas faire mieux)

Pourquoi il faut que tu le lises

Durant sa fuite Cora passe par plusieurs états des Etats-Unis qui en sont à différentes étapes de l’esclavagisme ou de son abolition : la Caroline du Sud et son apparente liberté, la Caroline du Nord et son interdiction totale des Noirs (à cause de ce qui ressemble à l’ancêtre de la théorie du grand remplacement), l’Indianna où une petite communauté a réussi à se créer un havre de paix…
Ce périple permet de se rendre compte que les Etats-Unis n’étaient pas (et ne sont toujours pas) un pays uniforme en matière de racisme. Chaque état a fait son chemin.

Le fait de rendre le Chemin de fer souterrain réel (les Etats-Unis n’ont pas vraiment été traversés par des dizaines de tunnels tel un gruyère) rend l’opération encore plus aventureuse quoique moins mystérieuse : je suis maintenant assez curieuse de découvrir comment ces opérations se passaient réellement (et j’espère que le film sur Harriet Tubman qui est sorti il y a peu en fait une bonne description).

Un beau roman sur la recherche de la liberté et la nécessité de ne pas relâcher son attention quand on croit l’avoir atteint (sans devenir parano).
Colson Whitehead, Underground Railroad, Albin Michel, 330 pages

La Colline aux esclaves

LCAE_Visuel02

Il s’agit de mon premier livre lu dans le cadre de mon année « Lectrice Charleston » (pause émotion, larmichette… allez on continue !).
Ce livre sort en janvier (et fait 432 pages, je sais que j’ai dit que je ne donnerai jamais ce genre d’infos, mais les lectures Charleston sont un cas à part. Je ne précise pas l’éditeur parce que si vous avez pas encore compris, je ne peux pas faire grand chose pour vous…), j’avais hésité à attendre pour vous en parler… mais en fait je ne peux pas ! S’ils sont tous moitié aussi bien, je vais passer une excellente année livresque !

Une fois n’est pas coutume je vous fait un petit résumé du livre (c’est pas comme si vous pouviez le trouver aux 4 coins du web)
A l’âge de 6 ans, Lavinia, jeune irlandaise qui a perdu ses parents lors de la traversée vers le Nouveau Monde, se retrouve domestique dans une plantation de tabac. Elle trouve vite sa place dans la famille d’esclaves qui travaille à la grande maison. Mais sa peau blanche et sa proximité avec la maîtresse vont changer sa destinée.

Kathleen Grissom nous plonge dans l’univers d’une plantation américaine au XVIIIe siècle.
Les Blancs d’un côté, dans la grande maison, les Noirs de l’autre, divisés entre les cases (où habitent les esclaves qui travaillent dans les champs) et la dépendance (où logent ceux qui sont domestiques pour la grande maison).
En suivant Lavinia de ses 6 ans jusqu’à l’âge adulte, passant de sa vie avec sa famille d’adoption à son rôle d’épouse du maître, on balaye toute la culture de l’époque, de la relation maître/esclaves à la vie des esclaves sur la plantation, de l’éducation d’une jeune fille blanche aux difficultés des métisses. Rien de la violence et des souffrances que connaissent les esclaves ne nous est épargné (privations, abus sexuels, tyrannie…), De même que l’on découvre la condition féminine blanche à travers les différents personnages : la dépression de la maîtresse, la recherche plus ou moins heureuse d’un mari, les violences conjugales…
Evidemment, vous commencez à me connaître j’ai trouvé très intéressante toute cette partie historique qui est très bien menée !

Pour ne rien gâcher, ce roman est très bien écrit dans un style fluide agréable à lire. Le récit est bien construit, aucun épisode n’arrive comme un cheveu sur la soupe ; tout en dévoilant une réalité historique chaque événement sert l’histoire.

J’ai beaucoup aimé lire ce livre qui sur une solide base historique déroule le destin chaotique d’une jeune fille attendrissante et généreuse !

 

LC2015