Mes cosméto [Cosméto naturelle #3]

Pourquoi et comment en suis-je arrivée là avec toutes mes recettes de grand-mère ?

A un moment, les produits que j’utilisais et qui fonctionnaient parfaitement sur ma peau ont été arrêtés les uns après les autres.
A la même époque, une amie (La Bibli de Momiji, pour ne pas la citer) a commencé à nous parler des produits qu’elle faisait elle même… et puis je me suis lancée. Un beau jour d’été j’ai mis les pieds dans l’antre du diable qu’est Aroma-zone et je suis ressortie équipée pour faire une crème de nuit bien nourrissante au karité et à l’huile de dattier (ma peau et le karité vivent une histoire d’amour passionnel depuis des années).

Au départ j’y voyais le moyen de m’amuser en les confectionnant et surtout de choisir les ingrédients en espérant qu’enfin je retrouve une peau saine.
Puis à l’usage j’ai vu l’efficacité (forcement puisque le produit est « sur mesure »), et entre temps je m’étais décidée à ne plus acheter de produits testés sur des animaux (les produits aroma-zone sont labellisés One Voice)… le plus simple étant de les faire moi-même… me connaissant je n’allais pas torturer une dizaine de lapins à chaque nouveau gel douche.

Et, en les faisant soi-même, on se rend vraiment compte qu’une crème est principalement composée d’eau, et je dois dire que j’ai un peu de mal à aller acheter un « tube d’eau » pour une fortune. Pareil pour les autres ingrédients, en faisant une crème au karité, je mets vraiment du karité dedans… ce n’est pas l’avant dernier ingrédient d’une liste longue comme le bras de mots incompréhensibles…

Je ne suis pas une « intégriste » non plus… parfois j’ai la flemme et j’achète un tube de crème (le lait crème concentré d’Embryoliss, cette merveille) et il y a les produits dont j’aime tellement l’odeur que je craque régulièrement (le beurre corporel Karité de Body Shop… la gamme Karma de Lush… mmmhh)

Pour l’instant je réalise moi-même régulièrement : mes crèmes de jour et nuit (l’une légère, l’autre ultra-nourrissante… peau schizo oblige), mes gels douches, mon après shampoing.
J’ai aussi testé un shampoing (trop asséchant), une crème pour les mains, des crèmes pour le corps (parfaites pour des cadeaux).

2 petites recettes faciles et rapides :
Le gel douche est ce qu’il y a de plus facile à faire : une base lavante neutre, un peu d’huile végétale (ou de glycérine végétale, ça se mélange mieux), quelques gouttes d’huiles essentielles (dont vous aurez préalablement vérifié que vous n’y êtes pas allergiques), on met le tout dans un flacon, on secoue… et voila !
Techniquement ce mélange peut vous servir de shampoing !

Un gommage ? Un peu d’huile et du sucre (et du coup vous pouvez doser l’abrasion !)

Je ne vais pas me lancer dans l’explication des recettes de mes crèmes, c’est un peu plus complexe et ça demande un peu de matériel… Mais vous en trouverez plein d’exemple ou !

En fin de compte, ma peau va nettement mieux (ce n’est pas parfait non plus, il n’y a pas de remède miracle !), je m’amuse à faire (mais surtout à chercher) mes recettes, je ne craque plus sur la dernière crème vantée par une pub, je les regarde même d’un air méfiant…

Les huiles essentielles [Cosméto naturelle #2]

Deuxième semaine, cette fois-ci on parle huiles essentielles !

Attention : toujours réaliser un test d’allergie (un peu d’HE au creux du coude pendant 24h) avant d’en appliquer que la zone à traiter. Ne pas utiliser chez les enfants ou les femmes enceintes. Certaines HE sont photosensibilisantes, ne vous exposez pas au soleil après en avoir appliqué sur votre peau.

J’ai commencé à utiliser des huiles essentielles parce que je n’arrivais pas à dormir, j’ai donc acheté les basiques lavande et camomille que je diffusais tous les soirs… c’est très efficace !
Et forcement j’ai commencé à chercher des HE pour des utilisations plus cosméto.

Vous trouverez des huiles essentielles un peu partout (parapharmacies, Nature et Découverte, quelques magasins de déco…), mais choisissez les bio impérativement… cela vous garantie qu’elles sont pures et non diluées !

L’indispensable numéro 1 c’est la lavande vraie. En plus de son action relaxante, elle est également cicatrisante, anti-inflamatoire et antiseptique. Vous pouvez en mettre un peu sur une piqure d’insecte, en mélanger à votre après-shampoing (elle régénère les cheveux secs), elle est efficace sur les boutons (appliqué directement ou dilué dans de l’huile de jojoba (hydratation et assainissement… la solution miracle des peaux « jeunes » !), diluée dans de l’huile d’abricot pour apaiser les coups de soleil…
(Je ne serais pas surprise si elle me faisait le café le matin et instaurait la paix dans le monde)

Le tea tree est également très utile. C’est celle que j’utilise sur mes petits boutons, l’odeur est atroce, mais c’est tellement efficace que ça vaut le coup ! En diffusion (mélangées à au moins une HE qui sent bon), je m’en sers au moment entre l’automne et l’hiver où tout le monde est toussotant… ça désinfecte très bien une pièce !

Pour les cheveux plats, l’huile essentielle de pamplemousse est plutôt pas mal (ça fait pas un volume de folie non plus). Pour la brillance il y a l’HE de citron. 1 à 2 gouttes dans votre dose de shampoing suffisent.

J’aime beaucoup diffuser de l’orange douce ou de la bergamote qui ont toutes les deux des vertus relaxantes (vous commencez à la voir venir la nana stressée, non ?) et leurs parfums changent un peu de la lavande !
La bergamote peut également être utilisée comme déodorant, son pouvoir antiseptique et astringent est très efficace. Comme pour les huiles végétales je suis nulle en dosage donc j’ai arrêté après une journée où je sentais la bergamote à 20 km à la ronde, mais en solution de secours c’est pas mal.
L’HE de Palmarosa est aussi bien comme déo, mais personnellement je n’en supporte pas l’odeur.

Il y a peu j’ai pu tester les vertus cicatrisantes du géranium bourbon : appliquée sur une petite plaie, elle s’est refermée rapidement et a disparue en 2 jours.

Comme c’est la saison et que la citronnelle et le géranium ne m’ont pas trop convaincu dans ce rôle, j’ai acheté de l’eucalyptus citronné pour lutter contre les moustiques. C’est relativement efficace pour éloigner les moustiques mais c’est magique sur la piqure ! Surtout ne grattez pas, appliquez directement un peu d’HE d’eucalyptus citronné et elle aura totalement disparue en quelques minutes ! (ça marche aussi avec un désinfectant classique, mais le propos de cet article c’est les HE !)

En diffusion ou en application locale, les huiles essentielles ont toutes des propriétés différentes mais qui souvent se recoupent, n’hésitez pas à vous offrir un petit guide des huiles, c’est toujours pratique à avoir sous la main !

Les huiles végétales [Cosméto naturelle #1]

Pour changer un peu des livres (et parce que ce n’est plus tellement la saison pour tricoter), je vous propose une petite série en trois volets sur la cosméto naturelle.
Ces billets n’ont pas vocation à être exhaustifs, je préfère vous parler de ce que j’ai moi-même testé.
Je commence cette semaine par les huiles végétales, la semaine prochaine un petit topo sur les huiles essentielles et pour finir quelques recettes que j’utilise et qui ne demandent pas trop de matériel.

Le plus simple dans la cosméto naturelle ce sont les huiles végétales.
« Simple » dans le sens où elles se suffisent à elles-même et que le risque d’allergie est moindre (enfin éviter quand même de vous oindre d’huile de germe de blé si vous êtes allergique au gluten par exemple…).

J’achète la plupart de mes huiles végétales chez Aroma-zone, tout bêtement parce que leur magasin est proche de mon lieu de travail et qu’ils ont un large choix (leurs produits sont non testés sur les animaux et majoritairement bio). Mais vous trouverez des huiles en parapharmacie et en magasin bio. Prenez les bio de préférence. Je ne suis pas adepte du bio pour tout, mais quitte à ne pas mettre de produit « industriel » sur ma peau, autant qu’il soit bio en plus. (et en première pression à froid… c’est plus clean)

Je n’utilise pas toujours les mêmes huiles pour la peau ou pour les cheveux même si en théorie toutes les huiles sont bénéfique pour les deux.

L’huile « niveau zéro » pour moi c’est l’huile de pépin de raisin. Elle n’est pas chère, elle ne sent pas grand chose, est très efficace sur les cheveux secs et abîmés et pas trop grasse sur la peau. (Je n’en ai cependant jamais mis sur mon visage).

Sur mon visage justement, je mets plutôt de l’huile de jojoba. Certaines s’en servent de soin de jour, mais personnellement je ne suis pas assez douée pour doser de l’huile pour ne pas être toute luisante. Donc je mets un peu d’huile de jojoba le soir (en hiver tous les soirs, en été une ou deux fois par semaine) avant de mettre un peu de ma crème de nuit habituelle (on m’a expliqué une fois que la crème permettait de fixer l’huile… une sorte de barrière qui l’oblige à pénétrer dans la peau).
L’huile de jojoba est bénéfique pour les peaux déshydratées. Votre peau peut être déshydratée et « grasse » en même temps, ce sont deux choses différentes (hydratation et nutrition). D’ailleurs ma peau normale/sèche ET déshydratée produit plein de sébum (glamour bonjour) pour compenser… mais au lieu de la décaper, il vaut mieux la réhydrater, et au bout de quelques semaines tout rentre dans l’ordre.
Je n’ai jamais utilisé cette huile sur mes cheveux, mais ça ne doit pas faire de mal au cuir chevelu d’être réhydraté ! (on me souffle que l’HV de jojoba étant sébo-régulatrice, elle est très bien pour les cheveux regraissant vite)
L’huile de jojoba sent un peu la noisette grillée, j’ai mis un peu de temps à m’habituer mais l’odeur n’est pas persistante.

Ma troisième huile chouchou, et que j’ai découverte il y a peu malgré la grande mode actuelle : l’huile de noix de coco. Mon cuir chevelu me démangeait, j’ai lu quelque part qu’en plus d’être très nourrissante cette huile était anti-fongique, donc ne sachant pas si mes gratouillis étaient liés à de la sécheresse ou à un début de pellicules (et surtout il me restait de cette huile qui m’avait servie à faire des crèmes pour des amies), je me suis lancée. Chaque veille de shampoing j’ai dormi avec les cheveux et le crâne enduits d’huile… odeur de vacances garantie ! Et donc non seulement au bout de 3 fois les gratouillis avaient disparus mais surtout… mes cheveux étaient doux, brillants, plus épais, plus souples… le miracle ! Donc je continue à dormir de temps en temps avec un peu d’huile sur mes cheveux (mais nettement moins que pour la période « traitement d’attaque »).
Fonctionne aussi très bien sur la peau de croco en hiver (et qui n’a pas envie de sentir la plage en plein mois de décembre ?).

J’utilise aussi de façon ponctuelle de l’huile d’amande douce, elle est extrêmement nourrissante donc utile pour les mains très abîmées en hiver (à mettre le soir puis dormir avec des gants), le nez abîmé par un rhume… J’ai encore un peu d’huile de monoi, malheureusement je n’aime pas trop l’odeur, mais elle est quand même très efficace sur les cheveux (moins que la coco je trouve…).
Une amie enceinte a mis consciencieusement de l’huile d’avocat sur son ventre et sa poitrine, et pas la moindre vergeture à l’horizon !

Il existe des dizaines d’huiles végétales, plus ou moins chères et qui traitent des « problèmes » différents… le tout est de trouver les propriétés, la texture et l’odeur qui vous plaisent le plus !
Si vous en utilisez d’autres, n’hésitez pas à laisser un commentaire, je suis toujours intéressée par des nouvelles découvertes !

Trendy châle, deuxième du nom

IMG_0164

Je vais vous narrez la longue (et fort passionnante) histoire de mon deuxième trendy châle (qui contrairement au premier est facilement mettable… tellement que j’envisage de ne plus jamais l’enlever)

Me voilà donc chez Phildar, j’achète 2 pelotes de Phil Light noir et des aiguilles circulaires n°6.
Je monte mes 3 premières mailles, je fais mon augmentation chaque rang… et je me rends bien compte que quelque chose ne va pas… l’angle obtenu est bien trop aigu (oui, soudain je me suis remise à la géométrie, je ne parlais plus que d’angles aigus et obtus autour de moi, personne ne comprenait mon problème existentiel).

Voila ce que j’obtiens arrivé à la fin de la première pelote. Tristesse.
IMG_0163

Bon. Il me reste une pelote, alors je décide de repartir dans l’autre sens… de toute façon ça ne peut pas être pire et je ne me vois pas tout défaire.

L’avantage énorme de la réduction à chaque rang c’est qu’on avance de plus en plus vite, et que c’est plus réjouissant que dans l’autre sens !

Une deuxième pelote plus tard (et un bout d’une 3e que j’ai mis environ 1 mois à aller chercher. Visiblement j’étais plus détendue pour tricoter la deuxième partie parce qu’à la fin de la pelote n°2 il me restait une trentaine de mailles sur mes aiguilles…), me voila avec ce losange tout a fait bizarre.

IMG_0166

Mais…

IMG_0162

…plié en deux c’est la perfection incarnée !
Angle parfait, bien retombant sur les côtés et une double épaisseur qui le rend moelleux et chaud. Et il est tellement doux !
(oui je suis un peu amoureuse de ce châle)

 

IMG_0165 - copie

Une fois porté les rangs sont verticaux au lieu d’être horizontaux comme sur le Trendy classique… mais le monde s’en remettra.

Je l’aime tellement que j’ai envie d’en tricoter d’autres dans cette laine. J’ai envie que tous les gens que j’aime puisse porter cette merveille de douceur !
(je vais peut-être plutôt leur apprendre à tricoter, ça sera plus simple pour moi)

Toute idée/conseil sur la taille des aiguilles à utiliser si je double ce fil qui se tricote à la base en 6 pour obtenir un bel angle obtu mais en ne tricotant qu’un seul triangle (gain de temps) sont les bienvenus en commentaire !

Le DIY de saison : bougies à la cannelle

Aujourd’hui je vous propose un DIY ! Il est extrêmement facile de faire ses propres bougies et donc de choisir un parfum qu’on aime vraiment (le tout pour une somme dérisoire, ici aux alentours d’1 euro par petite bougie, sachant que j’avais déjà les contenants et qu’il me reste plein de mèches et évidemment d’HE de cannelle)

 Ingrédients et matériel : 

*de la cire (j’ai pris de la cire de soja en blocchez Aroma-zone : pas très pratique, préférez des « paillettes » !)
*une mèche et de quoi la caler au fond (pareil, j’ai pris le kit mèche chez Aroma-zone, mais si vous en trouvez des pré-cirées foncez, vous éviterez l’étape la plus laborieuse !)
*de l’huile essentielle de cannelle de Chine
*trois petits verres/photophores

Concernant le choix des parfums : Vérifiez bien que l’huile essentielle ou l’extrait aromatique que vous choisissez est compatible avec une chaleur assez élevée ! Le site Aroma-zone préconise d’utiliser des « parfums » dont le point éclair (température à laquelle il y a risque d’embrasement) est supérieur à 65°C. Faites vraiment attention à ce que vous mettez dans votre bougie, ce n’est pas un détail !

Première étape : 

 (oui, on dirait du beurre)

Faites fondre la quantité de cire nécessaire pour remplir votre contenant (en gros pour un contenant de 50ml j’ai mis 45g de cire).
Vous pouvez la faire fondre au bain marie ou directement dans une casserole (ça dépend à quel point vous tenez à votre casserole, la cire c’est pas vraiment facile à nettoyer !)

Deuxième étape (pour les courageux qui n’ont pas acheté de mèche pré-cirées)

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Une fois la cire fondue (je suis un peu impatiente du coup je le mets un peu avant) plongez-y les mèches préalablement découpées à la bonne longueur (soit la hauteur de votre contenant + 5 bons centimètres) pendant environ 2 minutes pour qu’elles s’imprègnent bien.

Et maintenant la PIRE étape :

OLYMPUS DIGITAL CAMERA (cette photo est affreuse, mais vous comprenez le principe)

Sortez la mèche (je vous laisse le choix dans la technique, perso j’utilise une fourchette et le petit fouet qui me sert à mélanger), puis disposez la sur une feuille de papier aluminium. Maintenez-la la plus droite possible pendant quelques secondes (le temps qu’elle refroidisse un peu) puis une fois qu’elle est bien droite mettez là au congélateur/freezer quelques minutes pour qu’elle prenne bien (enlevez la cire du feu et allez lire un chapitre de votre livre en cours)

Troisième étape
(petits veinards avec votre mèche pre-cirée vous en êtes là directement une fois la cire fondue)

Votre cire est parfaitement fondue, vous pouvez la sortir du feu et ajouter l’huile essentielle. Je mets 70 gouttes pour chaque bougie de 50 ml (donc non, je n’ai pas attendu patiemment que 210 gouttes tombent une à une de ce petit flacon, je l’ai ouvert et prélevé 6ml avec une pipette)

Quatrième étape

 (un vieux set de table ET une planche à découper en fin de vie ne seront pas de trop pour protéger votre plan de travail)

Vous avez sorti vos mèches du congelo (la team « mèches pré-cirées » arrêtez de frimer, je vous entends) et vous les avez installées dans le petit machin en métal.
Pour un petit contenant la technique pince à linge est plutôt pas mal ! (pour un contenant plus large j’utilise une paire de baguettes chinoises en bois non « séparées », très efficace aussi)
Versez la cire dans les contenants (protégez bien votre plan de travail. Je ne vois pas comment qui que ce soit pourrait verser de la cire avec des pinces à linge au milieu sans en mettre partout à côté…
Mettez vos bougies au réfrigérateur (selon la taille entre 2h et une nuit).

Une fois qu’elles ont bien refroidi, coupez les mèches, nettoyez les éventuelles traces de cire sur les bords du contenant avec un morceau d’essui-tout imbibé d’eau chaude et voila !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

J’avais pensé « habiller » les pots avec du masking tape de Noël que j’avais repéré chez Hema… mais évidement quand j’y suis allé il n’y en avait plus. Donc disons qu’ils sont « blanc comme neige » (et non pas « blanc tristounet »)
(en arrière plan, un délicieux pain d’épice, dont vous pouvez retrouver la recette sur Recettes Originales !)