The Rook : Au service surnaturel de Sa Majesté

rook

Se réveiller dans un corps qu’on ne connait pas, c’est déjà assez bizarre, mais si en plus vous êtes entourée de cadavres gantés le mystère s’épaissi. Heureusement une lettre dans votre poche va vous donner quelques explications… C’est ce qui arrive à Myfanwy Alice Thomas, du moins à celle qui se réveille dans le corps de Myfanwy.

Mis à part qu’en plus de 650 pages je n’ai pas réussi à m’habituer à ce prénom gallois, j’ai adoré ce livre.
Je l’ai dévoré en quelques jours !

J’ai aimé qu’on découvre le monde qui entoure Myfanwy en même temps qu’elle (puisqu’elle n’a vraiment aucun souvenir). Et ce monde c’est le notre.
Sauf que Thomas travaille à la Checquy, l’équivalent du MI-5 pour les affaires surnaturelles.
Le récit mêle des descriptions de ce que la Checquy nous cache et l’enquête de Myfanwy pour retrouver qui a effacé sa mémoire. Il n’y a pas de temps morts et les personnages de cet univers « parallèle » sont tous assez drôles (sans parler des situations et des réflexions de Myfanwy face à ce monde si particulier)

J’ai bien aimé que le personnage qui se réveille dans le corps de Thomas soit traité comme un nouvel être. Je veux dire par là qu’elle n’a pas de souvenir, elle découvre ce qui est sa vie d’avant comme on entre dans la vie de quelqu’un d’autre, sans se reconnaître…

Une dose de surnaturel, une enquête assez intriguante et de l’humour anglais !
(et une héroïne qui porte presque mon prénom)

(et en plus il y a une suite en préparation)

Game of Thrones [Intégrale 1]

goT

 

Voila le livre qui m’a occupée une bonne partie du mois de juillet.
Je n’étais pas sûre de vous en parler dans la mesure où quasiment tout le monde à vu la série, et qu’en général ceux qui ne l’ont pas vu ne s’y intéresse pas vraiment.
Je fais partie d’une catégorie à part qui n’a pas vu la série mais meurt d’envie de connaître l’histoire (j’ai tenu une vingtaine de minutes du premier épisode et puis… j’ai eu peur. Et toutes les descriptions sanglantes que m’ont faites mes amis accro m’ont bien dissuadée de poursuivre…). (Amis de l’accord du participe passé avec l’auxiliaire avoir, bonjour)
Donc je ne mets pas ce livre dans la catégorie « du papier à l’écran » et je vais le traiter indépendamment de la série (que je ne verrais surement jamais, petite âme sensible que je suis).

J’avoue qu’il s’agit de ma deuxième tentative face à ce livre. La première date d’il y a environ 3 ans quand les gens autour de moi commençaient à parler de la série (et que j’avais déjà le pressentiment que je ne pourrais pas la regarder).
Entre temps j’ai lu d’autres romans de fantasy (je ne sais même pas si GoT rentre dans la catégorie fantasy, il faudrait que ma chère Beryl me rééxplique les différents genres et sous-genres Fantasy-SF) (oui, elle n’est pas seulement une encyclopédie sur pattes de la BD, elle connait aussi le rayon SF-F comme sa poche) et peut-être que ça m’a aidé à mieux appréhender l’univers. Ou bien ce sont les multiples soirées où quelqu’un fini toujours par évoquer la série qui ont réveillé ma curiosité.

Donc cette fois-ci je n’ai pas lâché l’affaire. Et j’en suis très heureuse.
On passe de personnage en personnage, chacun par sa vision subjective de l’histoire et éclaire les actions de chaque « parti » en jeu.
Partis qui sont, grosso modo : les Lannister (bouh méchants… et pervers avec ça !), les Stark (honneur, famille, loyauté) et les Targaryen en exil chez les Dothraki (les dragons bien allumés chez les chevelus monteurs de chevaux). (Comment ça c’est un peu caricatural ? hey, c’est pas moi qui ait écrit le bouquin !)
J’en rajoute un peu. Dans le détail les personnages sont nuancés et on perçoit une capacité d’évolution de leur personnalité qui promet d’être intéressante.
J’ai dévoré le tome 1 qui est plus ou moins une grosse introduction (il se passe plein de choses, ne vous inquiétez pas !), mise en place du décors, pour… tadaaa le tome 2. Et là c’est la GUERRE. Les caractères se révèlent, les stratégies prennent forme…bam tome 3 (que je n’ai pas encore entre les mains, ça sera pour la plage dans 15 jours).

Petit bémol (1) : je n’ai pas arrêté de m’emmêler les pinceaux avec les personnages. Les principaux j’arrivais à suivre… mais dès qu’on passe aux gens hors des grandes familles c’est le flou quasi total. Je pense que la série télé a un avantage sur le livre, on identifie plus facilement des visages, quitte à ne pas se souvenir des noms. Je pensais avoir un bon entrainement avec les 2 Ken Follett (effet spécial : 2 liens se cachent dans le nom de l’auteur) mais cela n’a malheureusement pas suffit.
Petit bémol (2) : je ne voudrais pas être présomptueuse mais je pense qu’il y a un petit problème de traduction. Ça vous arrive souvent de lire un livre en français et d’essayer de traduire en « mot à mot » en anglais pour comprendre une phrase ? NON. (et je passe les phrases charmantes comme « il revêtit simplement une simple chaîne d’argent » c’est simplement un peu simple…)
Petit bémol (3) : cette histoire est légèrement addictive.

Ces deux premiers tomes foisonnent de personnages et de rebondissements, les chapitres se terminent souvent sur des cliffhanger, et que dire la fin de chaque tome ?!
Je comprends tout à fait l’engouement pour la série, ça doit être visuellement assez fou.

Vivement le tome 3 ! (et la plage)