La Bibliothèque des cœurs cabossés

J’ai lu environ 300 pages de La Bibliothèques des cœurs cabossés. Sur les 500.

Vous me direz que j’aurais pu continuer…
Mais en fait non.
Ce livre ne me déplait pas. Mais en même temps il ne me plait pas vraiment.
En le lisant je n’arrête pas de me poser cette question : écrire sur les livres n’est-ce pas tricher ?
(ici : l’installation d’une librairie/bibliothèque dans une petite ville en hommage à une veille dame récemment décédée… la totale)

Forcement, parlez de livres et les lecteurs se sentiront touchés, impliqués. J’aime cette librairie, son rangement peu conventionnel (le rayon polar prend le nom de « sexe, violence et armes », il y a un rayon « pour le vendredi soir et le dimanche matin »…) mais je n’accroche pas à l’histoire.
Je n’aime pas l’héroïne. Enfin je ne la déteste pas mais elle m’est indifférente.

Tout ce livre me laisse indifférente.

Et comme vous avez pu le voir sur twitter (ou non et j’en profite pour vous le dire) je n’ai pas de vacances cet été parce que je change de travail. Je suis hyper méga contente. Mais aussi très fatiguée, après une année particulièrement intense à mon poste actuel + mon déménagement récent, je voyais d’un très bon œil mes 4 semaines de glandouille, lectures, apéro, tricot, balades… Et là, non seulement je n’ai pas ça, mais en plus je vais devoir m’adapter à un nouvel environnement (5 ans dans mon ancienne boite. Je connais tout le monde, les procédures…). Donc là, à la page 286, avant de savoir si cette vieille dame catho un peu coincée allait lire le roman érotique gay, j’ai abandonné.

J’ai envie de lire un livre qui me fait ressentir quelque chose. Que ce soit de la joie ou de la tristesse, de l’étonnement ou de la perplexité… je ne veux pas tourner les pages comme je laisse la télé en fond sonore quand je fais du repassage (Je repasse maintenant. Une nouvelle vie je vous dis.)

À la base je pensais vous parler du classement de la librairie (je l’ai un peu fait), de cette petite ville qui lutte pour survivre, de la description de la mauvaise chick lit que donne l’auteur (et qui correspond d’un certain côté à son livre… à sa place j’aurais fait attention).
Mais en fait c’est l’indifférence qui surpasse tout ça.

Un pas de plus dans l’apprentissage de l’abandon des livres qui ne me plaisent pas.

Incidences

incidences

Cela fait plus d’un an que je veux lire ce livre. J’étais sûre qu’il me plairait. La bande annonce du film m’avait intriguée, mais un Djian, je me suis dit qu’il valait mieux profiter du livre avant d’être enfermée dans la version filmée.

J’ai profité d’une promo folio sur leurs ebook pour l’acheter.
Et la semaine dernière, je me suis lancée. Enfin.

Mais en fait non. Je n’accroche pas du tout.
Les premières pages étaient pourtant prometteuses. J’aime le style, j’aime le personnage un peu spécial, quelques phrases franchement intrigantes relatives à la relation de Marc et de sa sœur, la santé de cette sœur, leur enfance… je pousse donc ma lecture sur une centaine de pages… et j’arrête. Pour une fois je ne vais pas trainer sur un livre pendant des semaines, perdant du temps pour des lectures qui me plaisent.

Et je pense aussi que par la même occasion je lui laisse sa chance. Pour une autre fois.

Les Quatre Filles du Dr March

Alors… euh… en fait je n’ai pas fini ce livre. Il faisait parti du Challenge Il était deux fois Noel. Nous avions deux lectures communes au choix… et je pense que je me suis trompée dans le choix  (j’aurais certainement plus accroché à La Véritable histoire de Noël de Marko Leino).

J’avais vu le film récemment (sur les conseils insistants d’une amie) et j’avais été plutôt surprise de ne pas trouver ça affreusement niais (enfin un peu quand même).
Une de mes co-challengeuses ayant posté un lien vers un site où Les Quatre Filles était dispo en livre audio j’ai choisi celui-là en profitant de l’occasion pour tester le livre audio !

J’ai donc écouté 4 chapitres (en tricotant) et je trouve ça plutôt agréable (même si j’ai trouvé la voix un peu plaintive). J’avais peur d’un déficit d’attention mais en fait on se laisse porter par la voix, et même en lisant mon esprit a tendance à dériver de toute façon !

Ces 4 chapitres ont quand même éclairé pas mal de points que je trouvais assez bizarre ou trop peu explicités dans le film (notamment à propos des personnalités des soeurs, qui sont plus finement expliquées dans le livre que dans le film, mais c’est assez normal)

A bientôt pour une chronique digne de ce nom (je finirais bien un livre un jour…)

1Q84, Livre 3

1q84

 

Je n’ai pas réussi à finir ce livre et je le regrette.

J’ai lu avec plaisir le Livre 1. J’ai aimé essayer de comprendre ce qui liait Aomamé et Tengo, les découvrir, essayer de remettre leurs histoire dans une réalité qui ne me semblait pas être totalement la nôtre, déceler ce que représentait la Chrysalide de l’air…
Le livre 2 m’a pris plus de temps, mais j’en suis venu à bout. On avançait dans l’histoire et soudain le lien entre les deux personnages était révélé, beaucoup de choses prenaient place dans ce décors qui se révélait finalement ne pas être notre réalité.

Et puis ce tome 3. J’ai trainé sur les 100 premières pages pendant des semaines et j’ai fini par l’abandonner. Je mets toujours beaucoup de temps à abandonner un livre, je peux passer des jours sans en lire une page (et comme je ne lis jamais 2 livres en même temps, ça crée un vide). Je ressens toujours une pointe de culpabilité à arrêter la lecture d’un livre.
Je n’ai plus accroché aux histoires d’Aomamé et de Tengo. Pourtant ils étaient proches de se retrouver (enfin je crois, finalement il se passe quoi ?)
J’avais envie d’avoir des réponses aux dizaines de questions qu’a soulevé la lecture des 2 tomes précédents, de clôturer mon incartade dans cet univers qui pourtant me mettait mal à l’aise.

Je pense que c’est un « rendez-vous manqué ». Mais comme il s’agit du tome qui cloture une trilogie et que je n’ai pas une très bonne mémoire, il faudrait que je relise les 2 tomes précédents pour espérer finir le tome 3 dans de bonnes conditions. Et honnêtement je sais que ça n’arrivera pas.

Est-ce que ça vous arrive de bloquer sur un livre tout en aimant les personnages et en voulant avoir des réponses aux questions que l’histoire pose ?

Le Rouge et le Noir

J’inaugure ici une nouvelle rubrique : les lectures abandonnées (qui ne sont pas si nombreuses, j’ai tendance à m’acharner en attendant le moment où ça deviendra bien…).

Je commence avec un des livres sur lequel je me suis le plus acharnée : Le Rouge et le Noir de Stendhal. J’ai commencé ce livre au moins 5 fois. Parfois pour quelques pages seulement. Une fois j’ai atteint la partie « Le Noir »… mais j’ai arrêté là.

Je ne saurais pas dire précisément pour quel(s) raison(s) j’ai abandonné ce livre. Et encore moins pourquoi j’y suis revenue tant de fois…
Je ne suis pas une grande fan de classiques, j’ai toujours un peu de mal, je traine la patte. Et pourtant ils me font envie, enfin quand même ce n’est pas un pur hasard s’ils sont devenus des « classiques » !

Si vous avez lu (aimé ou non) Le Rouge et le Noir, n’hésitez pas à m’en parler, ça créera peut-être un déclic !