Une Américaine à Monaco ★★★☆☆

Avant de lire ce livre je ne connaissais pas vraiment Grace Kelly (à part les classiques actrice/princesse/accident). Après avoir lu ce livre mon regard a complètement changé sur la princesse de Monaco !

J’ai toujours imaginé Grace Kelly comme une femme froide, éthérée, un peu oie blanche… quel ne fut pas mon étonnement d’apprendre que la jeune Grace a fait des ravages dans les cœurs du tout Hollywood : acteurs, producteurs, prince !
En nous relatant les années Hollywoodiennes de Kelly, Sophie Adriansen déroule tout un pan de l’histoire du cinéma américain. On croise Gable, Sinatra, Gardner, Hitchcock… c’est très intéressant et surtout ça donne envie de (re)voir tout un tas de films !

Et puis on passe directement à Monaco (alors là j’ai pas compris, qu’on commence par le mariage surmédiatisé je comprends… mais on enchaine sur la relation de Grace avec les monégasques, concrètement j’ai cru qu’on arriverait jamais à la rencontre avec Rainier !)
On comprends que si Grace aimait son prince, le changement radical de vie (de la liberté aux Etats-Unis à la vie ultra-protocolaire sur le rocher) a été très dur pour elle. Ses enfants étaient une source de bonheur et d’oxygène indispensable à son équilibre.

Le truc qui m’a le plus amusé c’est sa passion pour les collages de fleurs pressées… c’est tellement kitch et désuet ! Du coup je suis allé voir sur internet, et c’est assez fou comme truc (mais ça reste complètement kitch), je vous conseille la recherche !

Je vous encourage à lire ce livre, il est court, il se lit comme un roman et on apprend beaucoup de chose sur cette actrice de légende.

Et pour fêter l’anniversaire de Grace Kelly, vous pouvez gagnez un exemplaire de ce livre sur mon compte twitter (concours ouvert jusqu’au 12 novembre) !

Sophie Adriansen, Une américaine à Monaco, Editions Charleston, 304p.
Reçu en SP 

Chroniques (de Bob Dylan)

★★★★☆

Pour ma première lecture de 2017 j’ai choisi les Chroniques de Bob Dylan offert par mon père (« je l’ai pas vu sur ton blog du coup je me suis dit que je pouvais te l’offrir »… Page 53, l’antisèche de toute ma famille)

Je ne suis pas une grande connaisseuse de Dylan. J’ai eu ma période hippie au lycée (comme tout le monde) et comme je suis une fan inconditionnelle des Beatles j’ai forcément écouté pas mal de musique de la même époque. Donc j’étais assez contente de pouvoir en savoir plus sur la vie de Dylan.

Apres une première partie un peu compliquée à suivre quand on ne s’y connait pas vraiment en folk (beaucoup de noms… qui m’étaient totalement inconnus), les suivantes sont intéressantes parce qu’elles traitent de périodes différentes de la vie de Dylan. Il nous raconte sa difficile acceptation du statut d’icône, voir de messie, qui lui a été attribuée dans les années 60-70 (alors qu’il voulait juste passer du temps avec sa femme et ses enfants sans que des gens essayent d’escalader la grille de son jardin). On le suit ensuite à la Nouvelle Orléans pour l’enregistrement d’Oh, Mercy… qui ne se passe pas très bien et enfin il revient sur ses débuts à New York (en gros tout le premier chapitre mais en version sans name dropping).

J’aurais aimé retrouver un peu plus de l’ambiance des années 60 au début des années 80 mais Dylan est là pour chroniquer sa vie et il ne dévie pas (c’est assez logique en fait)

J’ai passe un bon moment de lecture, j’en ai appris un peu plus sur la vie d’un musicien que j’aime beaucoup sans jamais avoir creusé plus et enfin il y a toute une liste de morceaux que j’ai envie d’écouter/réécouter !

Hillary Clinton

★★★☆☆

Cette biographie d’Hillary Clinton tombe plutôt bien, j’avais envie d’en savoir plus sur la femme que tout le monde espère voir élue face à Donald Trump ?

Bien sûr elle a déjà été proche du pouvoir (difficile de s’en tenir éloignée avec un mari à la Maison Blanche) mais tout dans son histoire la mène à ce pouvoir.
Jean-Luc Hees décrit ici l’ascension et le parcours (semé d’embuches) d’une femme a forte tête qui ne lâche rien face à ses détracteurs.

On en apprend plus sur sa jeunesse et sur sa place (difficile à trouver) lors des campagnes puis des mandats de son mari, qu’il soit gouverneur de l’Arkansas ou Président des Etats-Unis.
Mais également sur son parcours politique personnel, comme sénatrice de l’Etat de New York puis candidate malheureuse à la primaire démocrate de 2008 face à Obama.

La deuxième partie du livre (en gros à partir de la moitié) est consacrée aux primaires, à Trump, à la place de Clinton (c’est étonnant mais j’aurais envie d’écrire « Hillary », je suis quasiment sûre que c’est parce que c’est une femme et donc je prends sur moi et j’écris Clinton, comme pour n’importe quel homme politique.). Ces derniers chapitres éclairent sur la situation très proche (il y a un chapitre sur la fusillade d’Orlando), quasiment à la veille de l’élection (qui est dans une quinzaine de jours à peine) !

Pendant cette lecture j’ai aussi pu (re)prendre conscience de l’influence majeure de la religion sur la politique aux Etats-Unis. Chaque tendance du catholicisme impose une patte très marquée sur les candidats (Bill et Hilary n’ont pas été élevés dans la même congrégation et cela marque des différences sur leur vision de la politique et du bien publique… j’ai dû mal à intégrer cette information par rapport au paysage politique français, où la religion a forcement un impact mais pas majeur ni public)
On voit aussi le féminisme de Clinton qui se modère pour ne pas être étiquettée « hystérique de service »…

Malgré quelques moments un peu cafouilleux (parler d’un truc en disant qu’on y revient plus tard mais que quand même on en parle parce que ça s’impose pour donner le contexte d’un épisode, c’est bien mais ça complique un peu la lecture quand on n’est pas vraiment au fait des affaires politiques américaines), ce livre se lit plutôt bien et permet de mettre en éclairage les enjeux de la politique américaine (qui à mon humble avis influence la politique mondiale et ne sont pas donc pas à négliger sous prétexte que « non mais on vote pas chez alors bon… »)

Si vous voulez en connaitre d’avantage sur celle qui a une chance sur 2 de devenir la prochaine Présidente des Etats-Unis je vous recommande ce livre !

 

*Ce livre m’a été envoyé par les Editions Baker Street*

Winston

winston

Churchill est un grand homme. Tout le monde le sait. Il a été premier ministre, il fumait le cigare et à la question sur le secret de sa longévité il répondait « No sport »…

Mais saviez vous qu’il avait (presque) inventé le tank ? Qu’il a pissé sur les lignes de défense allemandes ? Qu’il s’est baladé nu devant le Président des Etats-Unis pour le convaincre de participer à la seconde guerre mondiale (ok, ça c’est un raccourci, mais c’est arrivé !) ?

Boris Johnson nous raconte la vie de Churchill de façon peu académique. En mélangeant grande et petite histoire ce qui rend ce livre très agréable à lire, pas rébarbatif du tout ! Même si au début le côté non chronologique m’a un peu perdu ainsi que ma méconnaissance des hommes politiques britanniques (par moment ce livre est un peu écrit « par un anglais, pour des anglais ». Et un peu hagiographique aussi.).

On apprend beaucoup de choses sur la seconde guerre mondiale et la place de la Grande Bretagne dans le monde (pendant tout le « règne » de Churchill l’Empire s’est disloqué…) Un rapide chapitre sur le rôle de Winston (oui on finit par l’appeler par son prénom) au Moyen Orient qui est très interessant surtout avec l’évolution actuelle de la région.

Une biographie peu conventionnelle, agréable à lire et pourtant très complète !

Noureev

noureev

Depuis quelques années, j’ai pris goût à la danse classique et en tombant sur cette biographie en libraire, je me suis dit que ça pourrait être intéressant de me pencher d’un peu plus près sur la vie d’un grand danseur, chorégraphe, et je l’ai découvert dans ce livre, chef d’orchestre !

Tout son parcours y est raconté, de son enfance en Union soviétique avec un père qui est contre l’idée qu’il danse, son entrée au ballet du Kirov, ses problèmes avec le KGB, son passage à l’Ouest, et enfin sa vie en Occident.
On y découvre un homme au caractère fort, plutôt imbu de lui-même (même si il a de quoi se considérer comme un génie, en fait) mais qui travaille très dur, est aussi exigeant avec lui-même qu’avec les autres, voir plus encore. Un homme qui aime être entouré mais qui à le goût de la solitude.
J’ai été très intéressée par ses relations avec l’URSS (ça c’est mon côté « historienne » qui ressort), avant et après son passage à l’Ouest. Les commissaires du KGB qui lui pourrissent la vie, ses camarades de ballet qui l’espionnent, puis une fois à l’Ouest sa peur perpétuelle (et justifiée) de se faire enlever par le gouvernement russe…

La biographie est bien écrite, se lit facilement.
(Je fais une fixette sur les bio où tu rames. Surement un traumatisme enfantin lié à une bio des Spice Girls)
Il y a quelques anecdotes qui sont répétées 2 ou 3 fois… donc oui, j’ai BIEN compris et il est probable que je m’en souviendrais longtemps : un jour Noureev annonce à ses amis « je ne boirais plus de vin blanc », tous s’exclament, et lui reprend « je ne boirais plus que du champagne ! »

Je pense que ce livre n’intéressera pas tout le monde, une affinité avec la danse classique me semble « nécessaire » pour que cette biographie vous parle un minimum. Mais si découvrir la vie d’un grand artiste au parcours marqué par le contexte politique vous intéresse, choisissez ce livre !

On me souffle dans l’oreillette qu’il y a une expo sur Noureev à la Mairie du 17e à Paris. Elle commence aujourd’hui (une vraie coïncidence !)(je vois bien que vous ne me croyez pas, mais j’ai ma conscience pour moi) et dure jusqu’au 9 juillet. Plus d’infos ici.

Marilyn Monroe

marilynmonroe

Je lis rarement des biographies. Ou alors je les abandonne en cours.
Celles que j’ai croisées, je les ai trouvées arides, froides…
Je ne sais pas pourquoi j’ai tenté ma chance avec celle là. Mais j’ai compris en quelques pages que j’avais eu raison !

Cette bio écrite par Anne Plantagenet se lit toute seule. Le style est celui d’un roman, pas d’une somme universitaire.
Au milieu de mon adolescence il y a eu soudain des tonnes de documentaires sur Marilyn à la télé. Et même si j’ai toujours été plus attirée par l’esthétique Audrey Hepburn, je me souviens en avoir regardé beaucoup. (Je ne sais pas pourquoi il y a un clan Hepburn contre un clan Marilyn, comme les pro-Beatles contre les pro-Rolling Stones. Dans les deux cas je penche pour le premier, en appréciant toujours le second !). Je pensais donc en commençant ce livre ne rien apprendre de nouveau…
Mais il faut croire que ma mémoire est vraiment défaillante ou que tous ces docu étaient mal fichus, parce que j’ai appris beaucoup de choses. Notamment sur son enfance, bringuebalée de famille en famille avec passage par l’orphelinat de temps en temps et l’ambiance familiale qui explique tellement de choses dans son comportement le reste de sa vie. Ses amours, ses mariages, l’influence de son entourage…

Je vous conseille cette biographie, bien écrite qui nous fait avancer dans la vie de Norma Jeane Baker qui a passé la plupart de son existence déguisée en Marilyn Monroe.