Climax

★★★★☆

De quoi ça parle ?

Ce n’est pas vraiment une ville, plutôt une sorte de village de pêcheurs aux maisons d’un étage, niché au creux d’un bras de mer qui s’enfonce comme une langue, à l’extrême nord de la Norvège. C’est là que tout commence, ou plutôt que tout semble finir. Ça a débuté avec l’accident sur la plateforme pétrolière, de l’autre côté du chenal. Ça a continué avec cette fissure qui menace dangereusement le glacier, ces poissons qu’on a retrouvés morts. Et si c’était lié ? C’est en tant qu’ingénieur géologue que Noah, enfant du pays, va revenir et retrouver Anå, son amour de jeunesse, ainsi que les anciens amis qu’il avait initiés aux jeux de rôles. Il était alors Sigurd, du nom justement de cette maudite plateforme. (Résumé Flammarion)

Pourquoi tu devrais le lire ?

Reverdy nous raconte la fin du monde en alternant les points de vues de 4 personnages, 4 amis d’enfance qui ont pris des voies différentes mais se retrouvent tous touchés par la catastrophe imminente.

Reverdy mêle l’avancée du roman avec des passages qui pourraient s’apparenter à de la non-fiction (ils sont insérés dans le roman, sous la forme des carnets de note d’un des perso). J’ai appris plein de choses. Pour commencer : ce qu’est le climax (à prononcer avec un i à la française, pas le « claïmax » anglophone). Le climax c’est le point d’équilibre qu’un éco-système retrouve après chaque changement. Enfin ça c’était avant que l’Homme vienne faire tellement de changements que les éco-systèmes de la planète n’arrivent plus à retomber sur leurs pattes.

La lecture est bien rythmée par l’alternance des histoires des 4 personnages, et l’insertion d’extraits du jeu de rôle auquel ils jouaient ado. Jeu de rôle basé sur la mythologie nordique et qui de fil en aiguille m’a amené à re-regarder le film Le Hobbit (j’aurais bien regardé Le Seigneur des Anneaux mais il est pas dispo sur Netflix Co).

Bref, tu devrais le lire parce que c’est vraiment bien écrit, et que tu vas au passage apprendre plein de choses sur l’écologie, les plateformes pétrolières et tout ce que leur présence engendre autour de la Mer de Barents. Je sais pas pour toi, mais moi j’apprends toujours plus de choses dans des romans qu’en me farcissant des essais abscons dont je ne retiens pas le quart…

Thomas B. Reverdy, Climax, Flammarion, 336p.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s