Miss Peregrine et les enfants particuliers ★★★★☆

Jacob Portman, 16 ans, écoute depuis son enfance les récits fabuleux de son grand-père. Ce dernier, un juif polonais, a passé une partie de sa vie sur une minuscule île du pays de Galles, où ses parents l’avaient envoyé pour le protéger de la menace nazie. Le jeune Abe Portman y a été recueilli par Miss Peregrine Faucon, la directrice d’un orphelinat pour enfants « particuliers ». Selon ses dires, Abe y côtoyait une ribambelle d’enfants doués de capacités surnaturelles, censées les protéger des « Monstres ». Un soir, Jacob trouve son grand-père mortellement blessé par une créature qui s’enfuit sous ses yeux. Bouleversé, Jacob part en quête de vérité sur l’île si chère à son grand-père. En découvrant le pensionnat en ruines, il n’a plus aucun doute : les enfants particuliers ont réellement existé. Mais étaient-ils dangereux ? Pourquoi vivaient-ils ainsi reclus, cachés de tous ? Et s’ils étaient toujours en vie, aussi étrange que cela puisse paraître…

Comment passer à travers le phénomène de ces dernières semaines ?

A l’heure qu’il est je n’ai toujours pas vu le film et je ne suis pas sûre de vouloir le voir. Et vous allez comprendre pourquoi après ces quelques lignes.

Tout d’abord Bayard a fait un très beau travail sur l’objet. Les ouvertures de chapitre sont illustrées avec un très beau motif, les photo qui viennent ponctuer le récit sont très bien mises en valeur (je n’ai pas vu la version originale, je ne doute pas qu’elle doit être assez semblable mais il arrive fréquemment que l’éditeur français au lieu de reprendre une belle mise en page, saccage le tout sous prétexte que « ce n’est pas l’habitude en France »).

Je suis un peu plus perplexe quant à l’histoire elle-même. Enfin pas à l’histoire mais au contenu de ce premier tome. J’ai clairement eu l’impression de lire une très longue introduction.
Certes dans le cadre d’une trilogie c’est un peu normal mais je ne crois pas avoir déjà ressenti aussi fortement ce sentiment.
Mais en même temps ce que j’ai lu m’a enthousiasmé. L’univers des enfants particuliers est intriguant. Pour ce qui est de l’esthétique, je pense que le matraquage de la bande annonce du film de Burton a largement pris le pas sur l’idée que je pouvais me faire des décors. (Par contre j’ai bien fait la différence entre la Miss Peregrine du livre et Eva Green. Pas de rapprochement possible).
On reste sur un principe simple : un jeune garçon (une jeune fille) se retrouve catapulté dans un monde qui est le notre mais avec un petit « plus » et se trouve en être le sauveur. C’est un peu au roman jeunesse ce que le triangle amoureux (vous savez celui- avec le « bon copain qui en fait est le mec parfait ») était à la chick-litt il y a quelques temps encore. Je trouve ça « facile » mais j’en redemande toujours.

Donc voila, comme je ne vois pas comment on peut faire un film de ce premier tome, je vais d’abord lire les 2 autres avant de (peut-être) jeter un oeil à la version de Burton !

Publicités

Une réflexion sur “Miss Peregrine et les enfants particuliers ★★★★☆

  1. Faible comme je suis !
    J’ai très envie à mon tour de découvrir le phénomène il faudrait vraiment que je me lance !
    Puis bon j’adore Tim Burton alors je me demande si je ne vais pas foncer sur le film avant tout !!
    Merci pour ta chronique sincère !

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s