Elia, la passeuse d’âmes

elia1

J’ai lu (et aimé) les 2 romans précédents de Marie, Ma vie, mon ex et autres calamités et Je peux très bien me passer de toi. Mais cette fois Marie a changé de genre puisqu’il s’agit d’un roman Young Adult, une dystopie, sujet fétiche de cette catégorie de livres.

Et j’ai adoré !

Le personnage d’Elia a commencé à germer dans l’esprit de Marie après qu’elle a vu passer une jeune fille rousse un soir dans la station Châtelet… Cette jeune fille est devenu Elia. Je suis totalement admirative de cette capacité à cr!

Elia, seize ans, vit sur Tasma, elle est kornésienne, la caste la plus haute de la Communauté. Mais elle est également passeuse d’âmes, une anomalie génétique la désigne pour euthanasier les membres de la Communauté qui ne peuvent plus la servir. Mais l’intrusion d’un Nosoba (sorte d’intouchable) dans son box et une prophétie ancienne va bouleverser la vie toute tracée d’Elia.

L’univers est super bien construit. En fait je ne m’étais jamais posé la question (alors que j’ai lu Hunger Games et des romans fantasy) mais la construction d’un tel univers, où tout semble logique doit demander un travail extrêmement poussé dans le détail. Tout vient naturellement, on ne se demande jamais « mais c’est quoi ce truc ? ».
Chaque personnage a sa place et son caractère, j’ai hâte de lire la suite pour voir l’évolution de leurs relations et de leurs personnages (ce qui est interessant avec des personnages adolescents c’est qu’ils ne sont pas noir ou blanc, il y a beaucoup de gris à cette période).
(je ne reviens pas sur le style d’écriture de Marie, qui est parfait, rend la lecture agréable et créé un véritable page-turner) (à tel point que même affamée samedi en début d’après-midi, je n’ai pas lâché le livre avant de l’avoir terminé!)

Je vous conseille Elia, que vous soyez un habitué des dystopies ou non (autant commencer par un excellent ouvrage de ce genre !), Marie a su créer un univers et des personnages addictifs.
Et vivement le tome 2 !

J’ai reçu ce livre de la part de Pocket Jeunesse et de Marie Vareille (nous étions toutes les deux lectrices Charleston en 2015).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s