Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur

mockingbird

 

Depuis quelques années ce livre traine dans un coin de ma tête. Depuis Noel, il est sur le dessus de ma PAL. Mais le dessus d’une PAL étant quelque chose de totalement aléatoire, il n’a pas été ma première lecture de l’année.
J’aime lire un livre quand je sens que c’est le moment de le lire.
(J’aimerais faire ça avec le ménage chez moi… mais je pense que dans ce cas même « C’est du propre » rebrousserait chemin.)

En une phrase : à Maycomb, ville du sud des Etats-Unis, vers la moitié des années 1930, une jeune enfant raconte trois années de son enfance, notamment marquées par le fait que son père (un Blanc) est commis d’office pour défendre Tom (un Noir) accusé (à tord) d’avoir violé Mayella (une Blanche).
Oui, cette phrase est longue.
Mais elle ne reflète pas du tout la teneur du livre.
Scout Finch (la petite fille) raconte avec ses mots et surtout avec sa vision d’enfant tous les évévements relatifs à cette affaire mais aussi sa vie de petite fille, les relations avec son frère qui entre dans l’adolescence, les relations avec son père, leurs voisins, leur « bonne » Calpurnia. (je mets « bonne » entre guillemets parce que comme dans la plupart des livres américains qui sont passés à la postérité, on suit l’histoire d’une famille qui traite les Noirs avec beaucoup de respect, et sont en avance sur leur temps, Calpurnia est leur « aide de maison » pas leur esclave).

On aperçoit en fond la crise économique qui frappe les Etats Unis à cette époque, mais ce n’est pas le sujet principal, la famille Finch étant peu touchée directement. On se retrouve immergés dans la vie quotidienne d’une petite ville du Sud, ses us et coutumes et son climat particulier que vient accentuer le procès pour viol et l’investissement du père de Scout pour la défense de Tom (là où tous ses concitoyens s’attendaient à ce qu’il ne fasse rien).

Une chose m’a marquée vers la fin du livre. La maîtresse de Scout, s’insurge à propos des lois injustes que Hitler fait passer en Allemagne contre les Juifs, Scout ne comprend pas comment on peut « détester autant Hitler si c’est pour se montrer odieux avec les gens de son pays ». J’ai pris fortement conscience à ce moment que pour tous les habitants de Maycomb il était tout a fait normal de considérer les Noirs comme appartenant à une autre catégorie d’êtres humain. Jusque là j’avais compris leurs remarques et manière d’être comme le racisme ordinaire régnant dans le sud des Etats Unis à cette époque (et qui donc aurait tout aussi bien pu se manifester à l’encontre de n’importe quelle communauté). Mais cette indignation de la maîtresse fait ressortir le clivage Blancs/Noirs.

C’est un beau roman sur l’enfance, et la compréhension que les enfants ont du monde qui les entoure (et qui est beaucoup plus aiguisé que ce que l’on pourrait croire). Il se classe dans les classiques, mais le style d’écriture est très vivant (vous connaissez ma réticence aux classiques…).

Publicités

6 réflexions sur “Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur

  1. Tu retrouveras un peu (beaucoup) de cette mentalité dans « Le Prince des Marées » dont l’histoire se déroule en Caroline du Sud. On comprend vraiment que les habitants vivent un peu dans un monde à part, pétri de racisme et de faux semblants.

    J'aime

    • Après les 2 Ken Follett de 1000 pages chacun, le Pat Conroy ne me fait plus peur, il remonte dans l’ordre de lecture !

      Je ne vais pas dire que j’ai « hâte » de retrouver cet ambiance, mais vu l’épaisseur du livre y’aura de quoi approfondir l’immersion dans cette mentalité (qui ne doit pas avoir totalement disparu)

      J'aime

  2. Dans « Le Prince des Marées » c’est surtout une ambiance très nostalgique, les paysages notamment sont décris comme étant très beaux. Ça m’a donné envie d’y aller.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s