La Chute des géants

siecle_1

J’ai décidé de me lancer dans ce gros pavé (qui est suivi d’un second tome tout aussi impressionnant) en toute connaissance de cause : j’avais dévoré Les Piliers de la Terre il y a quelques années, je savais donc que 1000 pages écrites par Follett se lisaient sans effort.

Ce roman est une fresque historique dense et foisonnante. On y suit 5 familles de 4 pays différents, qui chacune nous éclaire sur le point de vue de leur pays et de leur classe sociale pendant la Première Guerre mondiale (un peu avant et un peu après, histoire de planter le décors).
(Il y a au début de ce livre une liste de personnages qui fait 6 pages, ça m’a un peu impressionnée au départ, mais pendant ma lecture je n’en ai pas eu besoin une seule fois, les personnages sont assez forts pour qu’on ne les mélange pas.)
On fait d’abord la connaissance des Williams, famille de mineurs gallois, ce sont eux qui nous ferons rentrer dans le quotidien de la classe ouvrière britannique en ce début de XXe siècle.
Les Williams travaillent dans les mines qui se trouvent sur les terres du comte Fitzherbert, aristocrate conservateur qui a épousé une princesse russe (assez antipathique, mais qui représente à merveille les pires côtés de la noblesse).
L’Allemagne est représentée (cette formule me fait penser à l’Eurovision) par la famille Von Ulrich, tous diplomates, basés à Londres au début du roman. Là c’est plus simple (ou presque) une seule famille regroupe les deux points de vues possibles : Otto, le père est un conservateur très proche du kaiser et Walter, son fils, représente une nouvelle génération d’Allemands, plus ouverte sur le monde.
On poursuit notre route en Russie, où les frères Pechkov, tous deux ouvriers dans une fonderie vont pour l’un partir aux Etats-Unis et l’autre prendre une part importante aux événements de son pays.
Gus Dewar permet d’introduire les États-Unis. C’est un personnage plus discret que les autres mais néanmoins essentiel.
Cette liste de personnages donne à croire qu’il n’y a que les hommes qui mènent l’histoire, mais les femmes y prennent une part importante, notamment concernant la lutte pour l’évolution des droits des femmes au Royaume-Uni. Mais ces femmes sont assez difficiles à décrire sans que je ne sois obligée de vous en dire trop sur l’histoire. (Les deux principales sont pourtant les personnages que j’ai préférés)

Chacun des personnages nous fait entrer dans son quotidien. Nous n’accédons pas seulement à leurs avis politiques, mais aussi à leurs relations familiales, leur travail, leur maison… Ce roman donne chair au mornes frises chronologiques que l’on trouve dans les manuels d’Histoire (même si ces dernières années les programmes scolaires ont fait des progrès sur le côté humain de l’Histoire).

Evidemment on découvre au fur et à mesure que les passés et les « avenirs » (selon le déroulement de l’histoire, enfin, vous voyez ce que je veux dire) de chacun de ces personnages sont liés d’une manière ou d’une autre [amour (et il y en a, beaucoup, passionné !), haine, calcul politique…].
On retient surtout que la Première Guerre mondiale a commencé à cause de vexations accumulées (l’assassinat de l’archiduc n’est que la partie émergée de l’iceberg… et l’on se rend bien compte de toutes les finesses et/ou bourdes diplomatiques qui mènent au déclenchement de la guerre) et qu’elle s’est prolongée, éternisée, pour de l’orgueil mal placé de la part de chacun des belligérants (là encore c’est grâce à nos personnages biens placés dans les sphères politiques et diplomatiques de leur pays que l’ont suit l’évolution et les réflexions de chaque puissance).
Mais on n’évolue pas uniquement dans les salons feutrés et les couloirs des ambassades, Follett donne un aperçu (quoique finalement un peu succinct, proportionnellement à la longueur du récit) de la vie des soldats dans les tranchées et pendant les combats.

Un seul bémol, mais je pense que c’est lié au fait que Follet soit britannique (et moi française) : l’absence quasi totale des Français. C’est assez étonnant de lire 1000 pages sur une guerre qui s’est déroulée sur notre territoire mais n’avoir que quelques pages sur l’armée française (moquée pour ses uniformes bleus et rouges assez peu efficaces pour se fondre derrière un buisson… ça, on ne peut pas le nier) et l’intervention d’un général pour motiver les officiers anglais qui visiblement n’étaient pas très motivés ni coopératifs au début de la guerre…
Mais bon, finalement on a tellement ingurgité d’Histoire de France pendant notre scolarité, avoir le point de vue des autres pays européens n’est pas inutile.

Ce roman fleuve permet de lier la grande et la petite histoire. Malgré l’épaisseur impressionnante de ce livre, il n’y a pas eu un moment où j’ai survolé le texte en espérant que la suite serait mieux, je n’ai pas eu envie de l’abandonner. Je l’ai dévoré (pas d’une traite, vous sauriez que je mens… je travaille, j’ai des amis et je dors… et il faut un peu de temps pour lire un tel livre !), et je suis prête à faire de même pour le tome 2 !

Si vous aimez les romans historiques, si vous voulez aborder la Première Guerre mondiale et la révolution russe sous un angle différent et moins aride qu’un livre universitaire (ils ne le sont pas tous), ce livre est pour vous !

Publicités

5 réflexions sur “La Chute des géants

  1. J’avais adoré ce roman ! C’est vrai que c’est dommage qu’il n’y ai pas de point de vue français, mais il ne se passe déjà tellement d’événements avec les autres que finalement, je m’en suis aperçue qu’à la fin. Je n’ai toujours pas lu la suite par contre.

    J'aime

    • J’en suis au 2 tiers du deuxième tome, et pas plus de France (j’en suis pas encore au débarquement en Normandie, ça me semble compliqué d’éviter ce moment !)… Mais c’est vrai qu’en fin de compte c’est pas dérangeant, parce qu’à l’école on nous parle surtout de la France, là on a d’autres points de vu.

      Et la suite est aussi bien !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s