Les 10 univers livresques dans lesquels vous n’aimeriez surtout pas vivre

Le Top Ten Tuesday est un rendez-vous hebdomadaire dans lequel je ferais un top 10 sur un thème défini par Iani.
Ce rendez-vous a initialement été créé par The Broke and the Bookish et repris en français par le blog de Iani.
(J’ai découvert le concept chez Hajar !)

Je ne lis pas tant de livres que ça qui se passent dans un univers différent du notre. Ou alors c’est une question de date, notre monde mais  dans le passé, donc pour me simplifier la tâche disons que notre monde dans le passé = un univers différent !

1. Feist, La Trilogie de l’empire
Qui aurait envie de vivre dans un univers où l’on peut se retrouver esclave sans le moindre droit, où les femmes sont traitées comme des inférieurs ou forcement futiles, même lorsqu’elles dirigent d’une main de maître un royaume en plein expansion ?

2. Les romans des sœurs Bronté et de Daphné du Maurier
Toute cette lande à perte de vue et systématiques balayée par du vent, ça m’angoisse (sans parler des personnages qui ne sont généralement pas hyper fun non plus). Vous remarquerez aussi que les héroïnes de ces écrivains s’enfuient généralement de nuit et sous la pluie, comme si des kilomètres de landes désertes n’étaient pas suffisantes à vous faire peur même sous un soleil radieux…

3. G. R. R. Martin, Le Trône de fer
Je n’ai lu que 150 pages du premier tome, et vu quelques images de la série… et ça n’a pas l’air très safe comme univers.

4. La série du Bourbon Kid (auteur anonyme, publié chez Sonatine)
Dans ce univers non plus l’espérance de vie n’est pas très longue : vampires, zombies, momies, tueurs à gage…

5. Carole Martinez, Du domaine des murmures
Là c’est plutôt que je n’aimerais pas être l’héroïne. La jeune Esclarmonde après avoir été violée, annonce le jour de sa noce son retrait du monde. Elle finira ses jours entre 4 murs dans la cour du château de son père avec une petite ouverture par laquelle on lui passe ses repas et où bientôt les pèlerins se bousculent pour recevoir sa bénédiction.

6. Suzanne Collins, Hunger Games
Il ne fait bon vivre dans aucun des districts. Dans les plus pauvres, la misère et les hunger games vous guettent, dans le plus riche, je pense que c’est l’ennui total qui pousse les habitants à s’accrocher à la superficialité des changements physiques et à s’intéresser aux Jeux.

Encore une fois ça ne fait pas 10 univers, je pense renommer cette catégorie Top « nombre aléatoire » Tuesday… mais je lis beaucoup plus de livres qui se passent dans notre univers que dans d’autres donc même si notre monde n’est pas toujours le meilleur endroit où vivre, je ne peux pas faire comme si je ne voulais pas y vivre (pas trop le choix).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s